top of page

Tomber enceinte avec une faible réserve ovarienne grâce à la Naturopathie

Qu'est ce que la réserve ovarienne ?


Chaque femme, à la naissance, dispose d'une quantité d'ovocytes. Avec l'âge, cette réserve diminue naturellement, un ovule étant expulsé à chaque cycle. (Source)


À partir de 35 ans, la femme commence à voir sa réserve fortement diminuer, et contrairement aux hommes qui continuent de produire des spermatozoïdes, la femme ne peux pas produire de nouveaux ovocytes. (Source)


Pour quelles raisons la réserve ovarienne baisse-t-elle ?


Il peut y avoir plusieurs raison à une baisse du nombre d'ovocytes autre que l'âge. On parlera alors d'insuffisance ovarienne précoce.


Voici les différentes causes pouvant impacter la réserve ovarienne d'une femme :

-l'exposition aux perturbateurs endocriniens, en particulier in utero, c'est à dire pendant que notre mère était enceinte (Source) ;

-la cigarette, qui inclut également le fumage passif (Source) ;

-l'endométriose (Source) ;

-la chimiothérapie (Source) ;

-les maladies auto-immunes (Source) ;

-la génétique (Source) ;

-certains épisodes viral comme les oreillons (Source).


L'insuffisance ovarienne peut-elle m'empêcher de tomber enceinte ?


Les chances de tomber enceinte naturellement diminuent, mais ne sont pas nulles. En effet, une faible réserve ovarienne ne veut pas dire qu'il n'y a plus d'ovocytes et encore moins que ceux-ci sont de mauvaises qualité. (Source)


Il est également possible de se faire aider de la médecine en passant par un parcours PMA (parcours de procréation médicalement assisté).


Comment la naturopathie peut-elle m'aider à tomber enceinte avec une faible réserve ovarienne ?


Disclaimer : La naturopathie ne remplace en aucun cas un accompagnement médical. Mais elle vient le compléter.


On ne peut pas augmenter le nombre d'ovocytes d'une femme. Par contre, on peut, en adoptant une bonne hygiène de vie, améliorer considérablement leur qualité. Une ovulation de bonne qualité aura plus de chance de donner lieu à un embryon viable. Et donc à une grossesse.


Pour cela, on peut travailler sur différents facteurs :


  • L'alimentation

  • le microbiote

  • l'activité physique

  • les perturbateurs endocriniens

  • les carences en vitamines et minéraux

  • le stress et l'anxiété


  1. l'alimentation

Adopter une alimentation de qualité, en choisissant de bons aliments, participe à un meilleur équilibre de vos cycles. (Source)


La base est de privilégier une alimentation avec des produits bruts, non transformés, frais et de bonnes qualité. Le top est d'adopter une alimentation anti-inflammatoire, qui comme son nom l'indique permettra de baisser l'inflammation.


Une alimentation de qualité permet de faire le pleins de fibres, de vitamines, de minéraux... qui eux même vont à leur tour chouchouter notre microbiote et aider à réguler notre cycle hormonal, mais aussi à éliminer les vieilles hormones encore en circulation dans notre corps.


Il faut également veiller à ne pas consommer trop de café, thé, sodas, produits ultra-transformés, industriels, trop sucré ... qui vont alors provoquer une inflammation, dégrader notre microbiote, agir sur nos hormones, en bref, qui vont faire baisser notre fertilité.


2. le microbiote


Le microbiote intestinal joue un grand rôle dans notre fertilité. En effet, il permet d'éliminer les vieilles hormones en circulation dans notre corps, et en particulier les oestrogènes. Cela s'appelle l'estrobolome. (Source)


Prendre soin de lui, en consommant régulièrement des probiotiques naturels, et en évitant les produits ultra-transformés et industriels, permet de réguler notre cycle hormonal, et donc de booster notre fertilité.



3. l'activité physique


Pratique une activité physique régulière permet de diminuer notre stress, de réguler notre cycle hormonal, et d'être en bonne santé au quotidien.

Elle est nécessaire au bon fonctionnement de nos organes, et permet également au corps d'éliminer plus rapidement les toxines. En bref, elle est un réel atout pour booster sa fertilité.

4. les perturbateurs endocriniens


L'exposition aux perturbateurs endocriniens, va comme leur nom l'indique, perturber notre cycle hormonal. Et de fait perturber notre fertilité et la qualité de nos ovocytes. Il est nécessaire de faire un gros tri des produits de sa salle de bain, mais aussi des produits nettoyants que l'on peut utiliser à main nu ou encore respirer.


5. les carences en vitamines et minéraux


Les carences en minéraux ont un impact sur notre corps à tout les niveaux. Pire encore, les carences peuvent nous empêcher de tomber enceinte. Le corps étant en "mode survie", il privilégiera d'autres fonctions que celle de la fertilité.


Un check up régulier chez le médecin pour une recherche de carence, ainsi que la prise de compléments alimentaires afin de les combler, peut grandement améliorer la fertilité.

Une alimentation de qualité permettra de pallier permettra également de faire le plein de vitamines et minéraux.


6. le stress et l'anxiété


Le stress, en faisant augmenter le taux de cortisol dans le corps, peut affecter notre cycle hormonal. Il est donc primordial d'apprendre à le gérer et le l'évacuer afin d'augmenter ses chances de concevoir. L'activité physique, la méditation ou encore la cohérence cardiaque sont de bons outils, faciles et gratuits, pour diminuer le stress et l'anxiété.


 

Si vous souhaitez être accompagné sur votre projet bébé, vous pouvez me contacter pour une consultation à domicile dans le Haut-rhin ou en Visio-conférence dans toute la France.


Au plaisir de vous voir en consultation.


Cécile.





Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page